Bien préparer sa consultation psoriasis

Rédigé par France Psoriasis, 1 octobre 2013

S’il est un moment délicat parmi d’autres, c’est bien celui où l’on apprend, lors d’une consultation, qu’on est atteint d’une maladie chronique.

N’excédant pas 10 minutes en moyenne en Europe, la consultation demeure souvent un lieu de stress où l’anxiété paralyse la communication. S’informer au préalable sur sa maladie, lister les questions – y compris celles pouvant paraître «hors-sujet» – et les points essentiels à aborder, s’exercer à décrire précisément ses symptômes, en apprenant à mieux communiquer sur son état émotionnel et son ressenti… Voici quelques recettes pour mieux utiliser le temps passé avec son médecin…

La consultation doit être un moment d’échange authentique entre le médecin et le patient pour que la prise en charge soit réussie.

Comment bien préparer ma consultation ?

  • Chez vous, répertoriez par écrit toutes les questions que vous souhaitez poser à votre médecin. De cette manière, vous n’en n’oublierez pas le jour de la consultation. Par exemple : qu’est ce que le psoriasis, quels sont les nouveaux traitements, comment gérer un effet secondaire , les règles d’hygiène de vie à adopter,…
  • Faites-vous un carnet de bord « psoriasis » dans lequel vous indiquerez l’historique de vos traitements, leur durée, le nombre de semaines à partir desquelles vous avez observé un résultat, les avantages et/ou inconvénients vécus avec le traitement.
  • Si vous avez arrêté seul votre traitement, précisez pourquoi : peu pratique, sans résultats, incompatible avec votre vie professionnelle, sociale ou familiale, …
  • Indiquez toutes les parties de votre corps atteintes y compris les parties génitales, endroits plus fragiles pour lesquels des traitements adaptés existent.
  • Si vous avez lu sur Internet des choses qui vous ont inquiétées, parlez-en à votre médecin qui vous donnera une réponse claire.

N’hésitez pas à poser vos questions au médecin. Osez lui expliquer la difficulté que vous avez à vivre avec votre psoriasis : il ne peut pas le deviner. Sinon le traitement sera mal adapté à votre cas précis. Votre dermatologue doit être votre allié  pour une prise en charge réussie, la relation de confiance est indispensable dans les maladies chroniques telles que la notre.

Que faire après ma consultation ?

  • Bien suivre le traitement et, en cas de doute, rappeler votre médecin ou poser des questions à votre pharmacien.
  • Si le traitement ne vous convenait pas, appelez votre médecin pour lui en faire part afin de trouver avec lui une solution : éviter l’automédication.
  • Respectez certaines règles d’hygiène de vie :
    •  Lavez-vous avec une eau tiède (37°) et un gel douche sans savon ;
    • Séchez-vous avec un peignoir sans vous frotter et hydratez vous tout de suite pour une meilleure imprégnation du lait hydratant ;
    • Utilisez quotidiennement une crème sans parfum en complément de votre traitement. La souplesse de votre peau retrouvée, les démangeaisons seront moins intenses et disparaîtront petit à petit. La peau bien hydratée résiste mieux aux agressions extérieures et donc les poussées de psoriasis peuvent être plus rares et/ou plus espacées ;
    • Evitez de vous gratter car « se gratter 5 minutes, c’est 3 semaines de psoriasis à la clé» : toute irritation de votre peau active votre psoriasis.

Il faut choisir: se gratter ou se traiter car même avec un traitement efficace, les résultats seront décevants si votre peau est sans cesse “agressée”. Le rôle du patient est déterminant dans une maladie chronique: seul, le traitement suffit rarement.

Astuce : au lieu de vous gratter, remettez de la crème en vous massant délicatement, cela vous soulagera plus longtemps (par exemple, ayez toujours un petit tube de crème hydratante sur vous ; voir fiche “alternative au grattage”), évitez les vêtements synthétiques, privilégiez le coton, le lin.

Osez parler de votre psoriasis à votre entourage et appeler l’association si vous souhaitez partager votre expérience, demander un conseil ou simplement être écouté.