Rencontre avec des apprentis-coiffeurs

Au début de la nouvelle année, je me suis rendue à l’École de Coiffure et d’Esthétique d’Orléans, avec Marc Grenier, mon suppléant. Nous avons rencontré les élèves de la section coiffure, pour leur parler des problématiques que nous pouvons rencontrer en cas de psoriasis du cuir chevelu.

Pourquoi cette démarche ?

Ayant rencontré personnellement, dans le passé, des refus de coiffeurs pour me couper les cheveux, j’ai mieux compris les patients qui m’ont rapporté les mêmes faits, et leur difficulté à faire passer le message que nous ne sommes pas contagieux et que nous avons droit, nous aussi, de prendre soin de notre esthétique.

Cette maladie est abordée par leurs enseignants, mais nous avons tenu à leur expliquer comment le psoriasis se présentait, les contraintes des traitements existants, et, surtout, les gestes à faire et à ne pas faire.

Après avoir passé un DVD où nous voyons le témoignage d’une coiffeuse avertie, nous avons présenté l’association. Ensuite, nous avons abordé le comportement à adopter en tant que professionnel, avec les clients atteints de psoriasis qui sont souvent gênés pour parler ou signaler leur maladie.Un échange s’en est suivi où les questions ont fusé tant de la part des élèves que de celle des professionnelles/enseignantes.

Nous espérons revenir dans cet établissement pour aborder le psoriasis avec la section « Esthétique et manucure », ces élèves n’ayant pu se libérer ce jour-là.

Je remercie ces jeunes pour leur attention ainsi que la direction de cet établissement et les enseignantes présentes à notre intervention.

Marc GRENIER et Josette THEOTISTE

Déléguée du Loiret

Stand d'information au Simply-Market à Orléans

En compagnie de Marc Grenier, le samedi 21 mars, nous avons pu nous installer dans le hall d’accueil du super marché « Simply Market », route d’Olivet à Orléans, de 9h à 17h.

Au début, c’étaient des regards furtifs jetés à notre stand…Marc, plaquette de notre association en main, est allé au devant des clients pour expliquer ce que nous faisions ce jour-là.

D’abord très timidement, puis plus spontanément, ils sont venus se renseigner sur la maladie. On s’est aperçu que la plupart des gens avaient entendu parler de « cette maladie qui touche les gens nerveux » ou « qui ne se soignent pas » : ils sont repartis avec des informations justes, but de notre journée.

Merci à Monsieur le Directeur de Simply Market  de nous avoir permis de lutter ainsi contre les idées reçues !

Josette THEOTISTE

Déléguée du Loiret