Introduction à une ère nouvelle dans la prise en charge des maladies inflammatoires

Mise à jour importante dans la prescription des biothérapies pour les maladies inflammatoires

Désormais, certaines biothérapies administrées par voie sous-cutanée dans le traitement de maladies inflammatoires chroniques en rhumatologie, gastroentérologie, dermatologie, pneumologie, allergologie, oto-rhino-laryngologie et ophtalmologie, peuvent être initiées en ville par les médecins spécialistes concernés.

À partir du 17 avril, plusieurs biothérapies peuvent désormais être prescrites directement en ville, sans les contraintes antérieures nécessitant une intervention hospitalière pour le début du traitement. Cela concerne des médicaments spécifiques tels que les anti-TNF, les inhibiteurs des interleukines, et d'autres classes importantes, offrant ainsi plus de flexibilité et d'autonomie aux spécialistes et à leurs patients.

En 2019, l'ANSM avait supprimé l’obligation d’une réévaluation annuelle auprès d’un spécialiste hospitalier pour certaines biothérapies, permettant ainsi leur renouvellement en ville par des médecins spécialistes. Aujourd’hui, cette nouvelle modification permet que la prescription de certaines biothérapies puisse être initiée en ville. Elle est fondée sur l’expérience acquise dans leur utilisation et prend en compte leur profil de sécurité.

Important 

Nous rappelons qu’avant toute initiation d’une biothérapie, il est impératif de vérifier :

  • D’une part, sa place dans la stratégie thérapeutique de la pathologie concernée ;
  • D’autre part, son profil de sécurité, en particulier infectieux avec la mise à jour des vaccinations, notamment des vaccins vivants, ainsi que le risque allergique, et le cas échéant la nécessité de réaliser un bilan pré-thérapeutique.

Quelles biothérapies sont concernées dans le psoriasis et le rhumatisme psoriasique?

  • Anti-TNFs : adalimumab, certolizumab pegol, étanercept, golimumab, infliximab (seul Remsima qui peut être initié par voie sous-cutanée est concerné)
  • Anti IL-17 : bimekizumab, brodalumab, ixékizumab, sécukinumab
  • Anti IL-23 : guselkumab,  risankizumab, tildrakizumab
  • Anti IL-12 et IL-23 : ustékinumab

Informez-vous davantage

Pour mieux comprendre ces modifications et leur impact sur le traitement des maladies inflammatoires chroniques, nous vous encourageons vivement à lire l'article complet publié par l'ANSM. Ce document détaille les spécificités des biothérapies concernées, les implications pour les praticiens et les patients, ainsi que les recommandations pour une prise en charge optimale.

Cliquez ici pour accéder à l'article complet de l'ANSM : Modification des conditions de prescription et de délivrance de certaines biothérapies.

Cette ressource est essentielle pour les médecins, les professionnels de santé, et les patients impliqués dans le traitement des maladies inflammatoires chroniques, offrant des informations précieuses sur les dernières évolutions réglementaires et cliniques.