Psoriasis, soleil et traitements : Pour passer de bonnes vacances !

Rédigé par Dr Marie BASTIEN, Dermatologue libérale à Joinville-le-Pont (94)

La période estivale est souvent attendue et redoutée. Les vêtements se font plus légers, le corps se dévoile et avec lui, sa peau.

Pour que cette période de vacances se déroule bien, que faut-il éviter ?

Le nombre de cancers de la peau est en constante augmentation et le soleil y participe. Il faut donc impérativement se protéger même si le soleil peut améliorer ses plaques de psoriasis. De plus le “coup de soleil” est une brûlure, donc une irritation, et peut ainsi aggraver les lésions par le phénomène de Koebner.

L’exposition solaire doit être progressive, avec des écrans solaires d’indice 50 pour commencer, à renouveler toutes les 2 heures.

Puis-je me baigner ?

L’eau de mer est salée et ce sel rend la baignade très inconfortable si la peau est lésée. Le bain devra être court avec un rinçage avec de l’eau douce immédiatement après…ou reporté à plus tard ! Quelques soit le type d’eau, après la baignade il est important de bien hydrater sa peau.

Que faire avec mes traitements ?

Surtout ne pas tout arrêter, un rebond risquerait de gâcher cette période de congés. Les traitements locaux (dermocorticoïdes, association dermocorticoïde vitamine D, tazarotène) ne sont pas photos sensibilisants. Toutefois leur application est conseillée le soir après avoir mis son émollient (crème hydratante), pour ne l’étendre avec l’écran solaire et/ou le disperser lors de la baignade.

Pour conclure, psoriasis et traitements ne doivent pas empêcher de profiter de ses vacances. Des aménagements ou des adaptations sont parfois nécessaires. Une consultation auprès de son dermatologue quelques semaines avant le départ peut être utile pour faire le point sur “ma peau-le soleil-mes traitements”. Les traitements systémiques ne sont pas photo sensibilisants mais…

Soriatane rend la peau plus fragile aux traumatismes donc au soleil aussi. Certaines destinations obligent à des vaccins vivants (fièvre jaune) incompatibles avec le méthotrexate et les biologiques. Un arrêt du traitement est alors nécessaire.

Par ailleurs, les biologiques sont des injections et pour la plupart la chaine du froid est à respecter. Les laboratoires fournissent le matériel pour le transport et votre médecin fera une ordonnance en anglais pour passer les frontières.

Pour des voyages hors de notre territoire :

  • Penser à avoir des assurances maladie et rapatriement
  • Prendre des mesures de précautions vis-à-vis de l’alimentation, des boissons…