Les maladies associées

Rédigé par Dr Parier, 1 octobre 2013

Le psoriasis est une maladie de la peau chronique où l’inflammation joue un rôle important, notamment en faisant intervenir certains globules blancs appelés lymphocytes T. Pour que la maladie psoriasique puisse s’exprimer il faut également un terrain génétique favorable et un ou plusieurs facteurs déclenchant comme le stress, les infections, certains médicaments.

Chez certains patients le psoriasis peut être associé à d’autres maladies qui partageraient le même terrain inflammatoire et peut être une partie du terrain génétique. Ainsi aujourd’hui, certaines affections sont plus fréquemment observées chez les patients atteints de psoriasis que la population générale. C’est le cas des rhumatismes inflammatoires, mais aussi de certaines maladies inflammatoires du tube digestif comme la maladie de Crohn  qui est 1.5 à 4 fois plus fréquente chez les psoriasiques. A l’inverse 7 à 11% des patients souffrant d’une maladie de Crohn présentent un psoriasis. Il s’agit d’une maladie chronique inflammatoire touchant l’intestin et qui se déclenche souvent chez le sujet jeune. D’autres maladies comme la rectocolite hémorragique (avec une fréquence de 7%), le vitiligo, une thyroïdite auto-immune, etc,… peuvent précéder, accompagner et /ou succéder à un psoriasis.

  • Psoriasis et maladie de Crohn

    On peut aujourd’hui dire que le psoriasis et la maladie de Crohn sont des maladies à composante auto-immune. Il ne semble pas  que ces 2 maladies partagent pour le moment un même gène candidat. Pour le psoriasis, maladie multi génique, il existe au moins 10 gènes candidats de Psor 1 à 10 (sur les chromosomes 1, 3, 4, 6, 8, 11,16, 17, 18, 21). Quant à la maladie de Crohn, des chercheurs ont identifiés des sites génétiques qui indiquent une susceptibilité accrue de souffrir de cette maladie, localisés sur les chromosomes 12 et 16(le gène NOD2/CARD15 sur le chromosome 16 du génome humain). Toutefois, on croit que, dans la plupart des cas, l’hérédité ne serait pas déterminante à elle seule.

    Ces deux maladies sont parfois traitées par les mêmes médicaments, car partageant un point commun important celui de l’inflammation. Cette inflammation est centrale ou systémique (dans le sang), expliquant pourquoi ces 2 maladies peuvent être traitées par des traitements systémiques (qu’on peut prendre par la bouche, ou sous forme d’injection ou perfusion). D’abord prescrits dans le traitement de la maladie de Crohn, les anti-TNF alpha sont aujourd’hui utilisés pour soigner les formes modérées à sévères du psoriasis.

    Le lien qui existe est que les psoriasique ont 1.5 à 4 fois plus de chance de déclarer une maladie de Crohn. A l’inverse 7 à 11% des patients souffrant d’une maladie de Crohn présentent un psoriasis.

    La fréquence du psoriasis touche 2 à 3% de la population générale, peut être un peu plus jusqu’à 5% selon une étude récente française, sans prédominance de sexe avec 2 pics entre 10 et 20 ans et entre 20 et 40 ans. La maladie de Crohn affecte également les 2 sexes, sans doute un peu plus souvent la femme. Elle est souvent découverte entre 20 et 30 ans mais peut se révéler à tout âge. Le nombre de nouveaux cas chaque année est compris entre 4 et 5 pour 100 000 habitants et donc nettement moins fréquente que le psoriasis. Il n’y a pas de statistiques concernant les patients atteints des 2 maladies simultanément.

    Les traitements systémiques ou les bio médicaments sont de façon globale administrés à des doses à peu près similaires, sauf dans les formes sévères de Crohn où les doses peuvent être plus fortes et sur des durées plus longues. On estime que l’inflammation du tube digestif est plus importante et surtout que le pronostic de la maladie de Crohn est beaucoup plus sévère que celui du psoriasis en général. On traite donc le Crohn de façon plus intensive et plus longue.

    On peut considérer que le mécanisme provoquant l’inflammation et dans les 2 maladies ait plusieurs points communs et partageant notamment plusieurs mêmes substances de l’inflammation, comme le TNF α, IL-1, IL-2, IL-4, IL-5 IL-12, IL-23 etc. Pour ce qui est des poussées, il est certain que certaines situations de stress, d’infections, la prise de certains médicaments, le grattage, déclenchent des poussées de psoriasis. Dans la maladie de Crohn, on a longtemps pensé que le stress pouvait déclencher des crises. Cependant, les études réalisées jusqu’à présent réfutent cette hypothèse. D’autres facteurs déclenchant sont possibles :

    • Cesser de fumer. Plus on fume de cigarettes, depuis longtemps, plus le risque de récidives et d’interventions chirurgicales est élevé.
    • Éviter les médicaments anti-inflammatoires en vente libre ou sur ordonnance. Ceux-ci sont contre-indiqués, car ils peuvent déclencher une crise aiguë de la maladie.
    • L’alimentation : Durant les phases de rémission, on recommande une diète équilibrée, sans restriction. Les personnes intolérantes au lactose veilleront bien à exclure le lait et les produits laitiers de leur alimentation.

    Diagnostiquer une maladie de Crohn : Le diagnostic de la maladie de Crohn est basé sur les symptômes évocateurs qui se manifestent uniquement durant les crises. Les principaux symptômes sont :

    •  Des douleurs abdominales fréquentes, qui s’accentuent après un repas.
    •  Des crampes d’intensité variable.
    •  Une diarrhée chronique.
    •  De la fatigue.
    •  Un faible appétit et une perte de poids, même avec un régime alimentaire équilibré.

    Pour confirmer le diagnostic, il faut recourir à l’endoscopie ou la coloscopie.

    Des biopsies sont nécessaires au diagnostic. Il existe d’autres méthodes d’investigation comme la vidéo capsule, l’entéroscope, la radiologie etc.

     

    M. Lahfa, Dermatologue, Hôpital Larrey Toulouse.

  • Psoriasis et vitiligo
  • Psoriasis et diabète
  • Psoriasis, alcool et tabac

A venir : Psoriasis et hypertension, Psoriasis et maladies cardio-vasculaires.