Actualités Psoriasis

Mise au point sur le bon usage des médicaments en cas de vague de chaleur

Rédigé par Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM)

Nous avons tous intégré les bonnes conduites à tenir en cas de fortes chaleurs : boire beaucoup d’eau, mouiller son corps et se ventiler, et dans la mesure du possible, éviter les efforts physiques et passer du temps dans un endroit frais. Pourtant, nous ne savons pas forcément que la chaleur a également un impact, non seulement sur la conservation des médicaments mais également sur leurs effets. C’est pourquoi l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a jugé opportun de faire une mise au point sur le sujet.

Les messages clefs

  • Les principales populations vulnérables en situation de forte chaleur sont les personnes âgées, les nourrissons et les enfants, les personnes atteintes d’une pathologie chronique nécessitant un traitement médicamenteux, en particulier lorsqu’elle est sévère, et les personnes dépendantes.
  • En cas de vague de chaleur, les médicaments à prendre en considération sont ceux susceptibles :

– d’aggraver un syndrome d’épuisement-déshydratation ou un coup de chaleur

– d’induire une hyperthermie ;

– d’aggraver indirectement les effets de la chaleur

  • L’adaptation d’un traitement médicamenteux en cours doit être considérée au cas par cas. En aucun cas il n’est justifié d’envisager systématiquement une diminution ou un arrêt des médicaments pouvant interagir avec l’adaptation de l’organisme à la chaleur.

La conservation des médicaments en cas de vague de chaleur

Avant toute autorisation de mise sur le marché (AMM), les médicaments sont soumis à des essais de stabilité dans des conditions standardisées et internationalement reconnues. La durée et les conditions de conservation sont fixées en fonction des résultats de ces essais de stabilité.

Les conditions de conservation figurent sur le conditionnement des médicaments :

  • médicaments à conserver entre +2 et +8°C
  • médicaments à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30°C
  • médicaments sans mention particulière : conservation à température ambiante (climat français ou similaire)

En cas d’exposition à la chaleur, lors d’une période de canicule ou lors de transports dans des conditions où la température n’est pas contrôlée ou maîtrisée, les recommandations suivantes peuvent être faites :

  • Médicaments à conserver entre +2 et +8°C

Ces médicaments sont conservés dans des réfrigérateurs ou des chambres froides, les températures élevées devraient être sans conséquence sur leur stabilité s’ils sont utilisés assez rapidement une fois sortis du réfrigérateur. La température des réfrigérateurs doit être régulièrement contrôlée.

  • Médicaments à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30°C

Le dépassement ponctuel, de quelques jours à quelques semaines, de ces températures n’a pas de conséquence sur la stabilité ou la qualité de ces médicaments.

En effet, en cas de vague de chaleur, les médicaments stockés dans des conditions normales au domicile des patients ou dans les pharmacies sont exposés à des conditions de stress thermique inférieures aux températures des épreuves de stabilité (qui ont montré l’absence de dégradation après exposition de plusieurs semaines à une température constante de 40°C).

  • Médicaments biologiques (insuline, somatropine…) en présentation multidose qui se conservent hors du réfrigérateur après ouverture à des températures ne dépassant pas 25°C ou 30°C

En cas d’exposition à des températures supérieures, il est recommandé de se rapprocher, éventuellement avec l’aide d’un pharmacien, du laboratoire dont le nom et les coordonnées figurent sur l’emballage extérieur et la notice du médicament.

  • Médicaments sans mention particulière de conservation (conservation à température ambiante)

Dans les conditions habituelles de conservation (armoire à pharmacie, entrepôt normalement ventilé), ces médicaments ne craignent pas une exposition aux températures élevées telles qu’observées pendant les périodes de canicule (les essais de stabilité ont montré l’absence de dégradation après exposition pendant 6 mois à une température de 40°C).

Pour en savoir plus et voir la totalité du dossier